Arboriculture dans le Rhône (Observatoire Résidus Pesticides 2013 – 2015)

Sur la période 2013 – 2015, l’ADA AURA, la section apicole du GDS et la Chambre d’agriculture du Rhône ont suivi deux ruchers observatoires en zone arboricole. Intégré dans l’Observatoire des Résidus de Pesticides coordonné par l’ITSAP, ce projet a permis d’objectiver l’exposition des abeilles aux produits phytosanitaires par des analyses toxicologiques et des relevés de dynamique de population des colonies suivies.

Grâce à ces éléments factuels, un dialogue entre apiculteurs et arboriculteurs a ainsi pu se mettre en place afin d’initier une réflexion sur les changements de pratiques à mettre en œuvre pour maintenir les pollinisateurs et la biodiversité.

Le dispositif mis en place en 2013 et 2015

Deux ruchers de 10 à 20 colonies sont suivis pendant trois ans, de fin mars à début septembre.

Les environnements :

  • Le premier rucher :  forêts, prairies et vergers, à dominance de cerisiers.
  • Le second rucher :  prairies, cultures céréalières et vergers, à dominance de cerisiers.

Plusieurs paramètres sont suivis :

  • la dynamique des colonies,
  • la pression pathologique (suivi de l’infestation en varroas et d’autre parasites ainsi que de 4 virus),
  • l’indice de la ressource disponible,
  • l’indice toxicologique.

Les résultats

Pour les deux ruchers suivis et ce pour les trois campagnes d’observation, les colonies sont en bonne santé. Cependant, la population d’abeilles, le couvain ainsi que les réserves restent relativement faibles au cours des saisons.

Par ailleurs, un grand nombre de molécules, principalement des fongicides, est retrouvé dans le pollen et ce tout au long des saisons apicoles. Au total, 43 molécules dont 29 fongicides, 9 insecticides (dont des néonicotinoïdes), 4 herbicides et un régulateur de croissance ont été ramenées aux colonies. La plupart des molécules présentes dans le pollen est utilisée en arboriculture.

La présentation de ces résultats lors de rencontres apiculteurs-arboriculteurs a permis de faire émerger la volonté de changer certaines pratiques : suppression d’un insecticide contenant du thiaclopride, le Calypso, des itinéraires techniques ; remise en question du désherbage chimique de toute adventice au pied des cerisiers, qui risque de contaminer les abeilles.

Retrouvez l’ensemble des résultats détaillés dans la synthèse complète de l’observatoire.

 

Compte-rendu du projet

 

Partenaires du projet

projet soutenu par

FranceAgrimer