Le fil de la saison

AVRIL-MAI : les premières miellées et le développement du cheptel

 

Au mois d’avril, la colonie est en plein développement. La présence de ressources en abondance et le nombre important d’individus dans la ruche favorisent la division de la colonie et le départ de l’essaim vers un nouveau gîte. Ce processus naturel de reproduction d’une colonie d’abeille est appelé « essaimage » qui se caractérise par le départ de l’ancienne reine avec la moitié de la population d’ouvrières, laissant la place à une reine fraîchement née. Naturellement, un essaim est donc constitué d’une reine et de plusieurs milliers d’individus.

L’apiculteur souhaite garder des colonies fortes pour les miellées à venir et renouveler son cheptel (création d’essaims pour compenser les pertes hivernales ou augmenter le nombre de ruches). Or, un essaimage naturel représente pour lui une perte de production liée au manque de butineuses dans la colonie lors de la miellée. Il va donc créer lui-même des essaims « artificiels» pour prévenir l’essaimage naturel. L’apiculteur a de plus la possibilité d’élever de nouvelles reines, issues d’une génétique connue et adaptée à ses besoins (douceur, production, rusticité, etc.) qu’il introduira dans ses nouveaux essaims.

L’atelier d’élevage représente une charge de travail importante au printemps et en été dans les exploitations apicoles.

 

Aux environs du mois de mars et avec le retour des beaux jours, les abeilles reprennent leur activité. Les premiers pollens (fin février – début mars) de noisetiers, fruitiers sauvages et cultivés permettent de relancer la ponte de la reine.

C’est le moment où l’apiculteur effectue ses visites de printemps sur ses ruchers d’hivernage : contrôle des réserves, état sanitaire des colonies, préparation des premiers chantiers de pollinisation. L’apiculteur comptabilise les pertes hivernales et organise sa saison pour remplacer les colonies perdues.

Les premières transhumances ont lieu pour amener les ruches sur les emplacements de production de miel de printemps ou sur des chantiers de pollinisation.

Les premières floraisons dans les parcelles de colza et les vergers annoncent le démarrage de la miellée de printemps en offrant aux abeilles une ressource abondante en nectar et en pollen. La fréquentation des parcelles par les butineuses va s’intensifier et permettre le développement rapide des colonies.

MARS – AVRIL : le démarrage de la saison