Ce que butinent les abeilles

Les conditions météo influencent l’accès à la ressource pour les colonies. Cette année, les mauvaises conditions de butinage du mois de mars (températures inférieures à 13°C, précipitations supérieures à 24 mm/jour et vent fort dans certains secteurs) ont ralenti le développement des colonies.

La disponibilité en ressources autour des ruchers est un des facteurs de production que l’apiculteur doit ajuster en permanence. Par exemple autour de ses emplacements de production au printemps, il doit trouver un compromis entre le bénéfice d’une ressource cultivée, abondante, précoce, et accessible pour les colonies et le risque de les exposer à des pesticides ou au contraire ; entre le bénéfice d’un milieu naturel, peu exposé aux produits phytosanitaires et le risque de les soumettre à des conditions météorologiques peu favorables au butinage.

Dans le cadre d’un projet d’expérimentation (le projet BeeTRIP), nous avons pu suivre différents indicateurs sur 3 ruchers situés dans 3 types d’environnements fréquentés par les apiculteurs professionnels de la région au printemps : grandes cultures, moyenne montagne, arboriculture.

Les trois années de suivi ont permis de montrer entre autres qu’un environnement de moyenne montagne au printemps présente une diversité de pollen favorable au développement des colonies et une très faible présence de pesticides contrairement aux environnements grandes cultures et arboriculture. Cependant, les conditions météo moins clémentes ne permettent pas un développement important des colonies et une production de miel comme c’est le cas dans un environnement de grandes cultures à cette époque (floraison du colza).

Le Projet BeeTRIP : Environnements de printemps et transhumance